Pourquoi ballonnez-vous?

On estime que 16 à 30% de la population dit avoir des ballonnements récurrents (2). Dans le cadre du syndrome de l’intestin irritable, 76 à 90% des personnes (selon les études) souffrent de ballonnements modérés à sévères. La prévalence des ballonnements est plus élevée chez les personnes de type C (constipation) et chez les femmes, bien que cette disparité entre les sexes pourrait être due à une description différente des symptômes (2 ; 3).

 

Mais d’où viennent ces gaz ? Et surtout, pourquoi certaines personnes ont tendance à être davantage ballonnées que d’autres ?

On pense souvent que les ballonnements, et la distension abdominale qui l’accompagne parfois, sont dus à un excès de gaz.

Pourtant, certaines études ont démontré que les quantités de gaz produites chez les personnes ayant le SII étaient similaires à celles des personnes « saines » (3 ; 5).

Après avoir épluché la littérature scientifique, j’ai décidé d’écrire un article résumant les recherches et accessible à tous.

Vous trouverez dans cet article les différentes causes des ballonnements et de la distension abdominale et comment les soulager.

 

Mise en garde : cet article est à visé informatif et ne remplace en aucun cas un avis médical.

 

D’où viennent les gaz?

Les gaz proviennent de la fermentation de certains aliments par nos bactéries, ou peuvent être avalé. Une production de gaz est normale. En revanche, ceux-ci ne doivent pas être excessifs et surtout, doivent être évacués. Dans le cas contraire, des ballonnements et une distension abdominale apparaissent.

 

Différence entre distension abdominale et ballonnements

La distension abdominale se caractérise par une augmentation du périmètre ventral. Les ballonnements sont eux caractérisés par la présence de gaz, de sensation d’inconfort, de « vie à l’intérieur » ou d’être « rempli de gaz ». Les ballonnements sont donc subjectifs, alors que la distension est un phénomène visible et mesurable.

La distension abdominale et les ballonnements et  sont deux des symptômes les plus dérangeants en cas de syndrome de l’intestin irritable. Ils sont généralement exacerbés par les repas, fluctuent en intensité, est sont pires en fin de journée. Ils « disparaissent » souvent pendant la nuit.

 

Tableau présentant les caractéristiques cliniques des ballonnements (2)

Caractéristiques cliniques Fréquence (%)
Abdomen plat au lever 69
Pire en soirée 73
S’améliorent pendant la nuit 80
Diminutions de la douleur en position allongée 67
Pire pendant et après les repas 82
S’aggravent avec le stress 34
Ne sont pas liés à la défécation ou flatulences 82
Présents plus d’une fois/semaine 86

 

Les mécanismes impliqués

Les ballonnements ne sont pas un symptôme pleinement compris. Cependant, certains mécanismes impliqués dans les ballonnements commencent à être approuvés par la communauté scientifique.

Voici un bref résumé des mécanismes suspectés ou reconnus comme pouvant engendrer des ballonnements et/ou une distension abdominale.

A noter : les ballonnements sont souvent la réponse à une digestion difficile. La première chose à faire est d’adopter de bonnes habitudes alimentaires. La mastication, première étape de la digestion (ou la seconde car la vue ou l’odeur des aliments ont déjà un impact sur les mécanismes digestifs en stimulant par exemple la sécrétion de salive), est primordiale.

Certaines méthodes sont à mettre en place avant de s’inquiéter. Aussi, je vous invite à télécharger gratuitement mon ebook présentant 12 astuces à mettre en place pour améliorer sa digestion.

 

 

Les causes

Il existe une multitude de raisons pouvant expliquer pour vous êtes ballonné.es. Bien que gênants, les ballonnements sont généralement anodins, et peuvent survenir de temps à autre, à la suite d’un repas trop copieux, à une indigestion ou à une surconsommation d’aliments sulfureux (choux, poireaux..)

Pourtant, il est important de consulter si vous souffrez de ballonnements récurrents car ceux-ci peuvent être un symptôme d’une pathologie plus grave comme  une insuffisance pancréatique, une maladie cœliaque, un hypothyroïdisme, un diabète, une dyspepsie fonctionnelle, une tumeur des ovaires ou intestinale etc. Ils peuvent faire suite à une intervention chirurgicale ou être un effet secondaire à un traitement.

Les ballonnements peuvent être dus à un SIBO , ou à une infection parasitaire. Ils peuvent être liés à une constipation, de l’aérophagie ou des intolérances alimentaires.

Les ballonnements peuvent aussi être liés à certaines conditions physiologiques, comme une grossesse ou un surpoids.

Des ballonnements récurrents non associés à une pathologie sont bien souvent l’un des symptômes du côlon irritable. Les personnes de type C semblent plus touchées.

 

 

Voici en détail 8 raisons principales à l’origine des ballonnements

 

La gastroparésie

Dit aussi « syndrome de l’intestin paresseux », la gastroparésie est un trouble fonctionnel digestif, généralement chronique, caractérisé par un ralentissement de la vidange de l’estomac, en l’absence de tout obstacle mécanique. 2 à 4% de la population serait touchée. Le mot « gastro » désigne l’estomac et le mot « parésie » signifie paralysie partielle; gastroparésie signifie donc une paralysie partielle de l’estomac.

*

Comprendre la gastroparésie en 2 minutes

Lorsque nous mangeons un repas solide, notre estomac se vide à 65% en 2h, et en 4h, 90% du bol alimentaire sera évacué. Habituellement, le passage des aliments d’une section à l’autre de l’appareil digestif est coordonné avec précision, de sorte que les aliments demeurent dans chaque section juste le temps qu’il faut. Dans le cas de l’estomac, c’est environ deux heures.

Toutefois, dans le cas des personnes atteintes de gastroparésie, les aliments ne passent pas de l’estomac aux intestins aussi rapidement qu’ils le devraient (vidange gastrique retardée). La gastroparésie est un trouble de motilité, ce qui signifie qu’il n’existe aucun obstacle physique empêchant la digestion en temps opportun, mais qui se caractérise plutôt par une certaine difficulté à réguler l’activité musculaire. Elle se produit quand le nerf vague qui relie le tronc cérébral au tractus gastro-intestinal est endommagé ou ne fonctionne pas bien.

Le taux de vidange gastrique est contrôlé par des « pacemakers », cellules stimulées par des stimuli tels que : l’extension de l’estomac, des signaux du réseau nerveux et d’hormones. Parfois, ces cellules ne fonctionnent pas normalement ce qui entraine un retard de la vidange gastrique entrainant une gastroparésie.

 

Source : badgut

 

 

Les causes sont restent souvent inconnues, mais :

  • Débutent généralement suite à une infection virale
  • Peuvent être un effet secondaire au diabète de type  2 (une glycémie chroniquement élevée dommage le système nerveux digestif)

 

Comment se font ressentir les ballonnements

  • Pas douloureux mais inconfortable
  • Sensation d’être plein et souvent visible distendu
  • La distension est moins notable le matin, et pas trop présente après le petit déjeuner, mais le ventre se distend de plus en plus après chaque repas et les douleurs augmentent au cours de la journée
  • Les ballonnements sont pires le soir
  • Sensation de « brique dans l’estomac »
  • Souvent associé à : des brulures d’estomac, des reflux, une perte d’appétit, une sensation de satiété rapide, des nausées, voire parfois des vomissements, une constipation
  • Pas de flatulences ou gaz

 

Diagnostic

  • Test gastric emptying scan (GES): mesure combien de temps prend une portion standardisée d’aliment ou de liquide, à être évacué de l’estomac

Si l’on suspecte une affectation d’une autre partie du tube digestif, d’autres tests pourront être demandés par le médecin.

 

L’indigestion

Qu’est-ce que c’est ?

L’indigestion est surement le trouble que vous pouvez le plus facilement reconnaitre, et que vous avez peut-être déjà expérimenté. Il est passager et sans conséquence grave.

L’indigestion est un inconfort ou une douleur dans l’estomac. Elle est souvent causée par un excès de nourriture ou d’alcool, par des médicaments qui irritent l’estomac, ou par une infection mineure. Une indigestion fréquente qui ne semble pas être associée à la nourriture ou à d’autres causes apparentes pourrait être un signe de quelque chose de plus grave, comme un ulcère, un cancer ou une insuffisance hépatique. Il est donc important de consulter un médecin si les symptômes persistent.

Ces ballonnements sont accompagnés généralement de reflux bien souvent provoqués par un repas copieux, riche en graisses, parfois épicé et pris trop rapidement.

 

La dyspepsie fonctionnelle

Qu’est-ce que c’est ?

La dyspepsie est un trouble digestif chronique caractérisée par des douleurs et inconforts centrés sur la région de l’estomac. Elle se traduit par le fait de « mal digérer ». On parle de dyspepsie fonctionnelle si les symptômes existent depuis au moins 6 mois et sont présents depuis au moins 3 mois consécutifs.

 

Comment se font ressentir les ballonnements

  • Sensation gênante de plénitude de l’estomac après le repas
  • Satiété précoce (impression d’être rassasié rapidement), sensation de trop-plein même après l’ingestion de petites portions
  • Douleurs ou brûlures au creux de l’estomac (brûlures épigastriques).
  • Nausées
  • Eructations après les repas (rots) ou hoquet
  • Douleurs de la région épigastrique ou brûlures de l’estomac survenant, soit pendant les repas ou en dehors. Dans ce dernier cas, elles sont soulagées par la prise d’aliments.

Hormis certaines douleurs épigastriques, ces symptômes surviennent après la prise de nourriture, donnant l’impression d’une « mauvaise digestion ». La dyspepsie est souvent associée avec le SII .

 

A quoi est-elle due ?

La cause de la dyspepsie fonctionnelle est inconnue. Toutefois, plusieurs hypothèses pourraient expliquer ce trouble: sécrétion excessive d’acide, inflammation de l’estomac ou du duodénum, allergies alimentaires, influences du mode de vie et de l’alimentation, facteurs psychologiques, effets secondaires des médicaments (notamment des anti-inflammatoires non stéroïdiens et de l’aspirine) et infection par Helicobacter pylori.

La dyspepsie s’explique souvent par un mauvais fonctionnement des nerfs et muscles de l’estomac. Elle peut également être due par la prise répétée de médicaments tels que les AINS, IPP, aspirine, certains antibiotiques… ou le symptôme d’une maladie : ulcère, lithiase biliaire, cancer… Néanmoins elle est dans la plupart des cas fonctionnelle, c’est-à-dire sans présence de maladie.

  • L’estomac ne se distend pas normalement après le repas ce qui donne une sensation désagréable et de satiété précoce
  • Les aliments peuvent s’attarder un peu trop longtemps dans la section haute de l’estomac avant de descendre dans la section basse, ou passer directement dans la section basse car il n’y a pas de place dans la haute
  • Une vidange ralentie de l’estomac après la prise d’aliments

Les personnes atteintes de DF sont souvent plus sensibles aux choses qui stimulent l’estomac (gaz, aliments acides ou gras, épices).

La particularité de la dyspepsie: les sensations sont plus douloureuses que visibles, pas de reflux, pas de modifications du transit, pas affecté par les changements hormonaux.

 

L’aérophagie

L’air que nous respirons contient du nitrogène. Ce gaz ne peut pas se diffuser dans le sang . Il doit donc trouver une porte de sortie. En d’autres termes, on doit roter ou péter !

Comment se font ressentir les ballonnements

  • Eructation incontrôlable (rots)
  • +/- de douleurs dues aux gaz

Les rots ne sont pas provoqués par les aliments sauf si vous avez tendance à avaler de l’air avec certains types de repas comme en buvant de la soupe par exemple

 

Les causes de l’aérophagie

Les causes les plus fréquentes sont :

  • La mastication de chewing-gums
  • La consommation trop importante de boissons gazeuses (sodas)
  • La déglutition rapide : les personnes qui mangent trop vite avalent généralement plus d’air
  • L’anxiété, le stress

 

Certaines maladies, le port d’une prothèse dentaire inadapté ou encore l’habitude de « roter » qui devient un tic peuvent aussi également expliquer l’aérophagie.

 

 

La constipation

Je vous envoie vers l’article dédié à ce sujet

Le SIBO

Je vous envoie vers l’article dédié à ce sujet

 

L’intolérance à certains aliments, notamment envers des aliments glucidiques (source de sucre)

L’émission de gaz intestinaux (en d’autres termes: péter) est naturelle. 1,5 à 2L de gaz sont évacués par jour.

Les gaz induits par des intolérances alimentaires surviennent généralement 6 à 8h après consommation, diffèrent de ceux du SIBO qui apparaissent entre 60 et 90 minutes après les repas.

 

 

Comment se font ressentir les ballonnements

  • Sont accompagnés par des gaz souvent odorants
  • Les gaz et ballonnements sont souvent après les repas mais sont seraient causés par les aliments consommés au repas précèdent
  • Sensation d’un ventre rempli de gaz mais l’émission de gaz n’améliore pas la situation

Le régime pauvre en FODMAPs peut être un moyen utilisé pour déterminer quel(s) sucre(s) pose(nt) problème.

 

Une malabsorption

La malabsorption a deux causes principales : une déficience pancréatique ou une maladie cœliaque

 

  • La déficience (ou insuffisance) pancréatique

Qu’est-ce que c’est ?

Infection du pancréas caractérisée par une production insuffisante ou altérée d’enzymes digestives.

Comment se font ressentir les ballonnements

Les ballonnements dus à une déficience pancréatique sont souvent accompagnés de nombreux gaz, de diarrhées, de crampes abdominales. Les selles sont pales et graisseuse LIEN

 

  • La Maladie cœliaque (MC) & hypersensibilité au gluten non cœliaque

La maladie cœliaque est une maladie auto-immune où la consommation de gluten induit une réaction du système immunitaire. Ce dernier va alors s’attaquer aux cellules intestinales. L’éviction à vie du gluten est le seul traitement.

La consommation du gluten peut également être à l’origine de ballonnements chez les personnes hypersensibles.

Si votre ventre gonfle comme un ballon après avoir mangé des aliments contenant du gluten, alors cela est une piste à explorer. Sachez que cela peut prendre à votre ventre plusieurs jours pour « dégonfler »  .

Les les ballonnements liés à la MC sont accompagnés d’autres symptômes : psoriasis, carences nutritionnelles, perte de poids… et sont accompagnés de douleurs abdominales, de flatulences excessives et de diarrhées.

 

Que retenir

Les ballonnements peuvent être douloureux et gênants. Ils sont souvent liés aux comportements alimentaires ou au stress. Ils peuvent également être un effet secondaire à des médicaments.

Si vous souffrez de ballonnements récurrents, notamment si ceux-ci sont associés à un changement dans votre transit ou à une perte de poids il est indispensable de consulter.

Si vous souffrez de ballonnements et de distension abdominale dans le cadre du syndrome de l’intestin irritable, sachez que des méthodes existent pour 1) apprendre à gérer vos symptômes et 2) soulager les crises. 

J’ai créé un programme d’accompagnement en ligne dédié aux personnes souffrantes de ballonnements. Au sein de ce programme qui se déroule étape par étape, vous trouverez davantage d’explications et surtout des méthodes concrètes pour mettre fin à vos ballonnements.

Plus d’informations ici

 

 

 

Sources :

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Téléchargez maintenant votre guide GRATUIT
12 astuces pour améliorer votre digestion et être moins ballonné
0 Partages
Partagez
Partagez