Les pouvoirs insoupçonnés du nerf vague

Avez-vous déjà eu un malaise vagal ?

 

Et bien, c’est le nerf vagal qui est en cause. Mais ce serait un manque de respect de résumer ce nerf à la perte de connaissance.

 

On en parle peu. Pourtant ce nerf a des pouvoirs incroyables.

 

Cet article a pour but de mettre en lumière ce nerf, mais surtout, d’expliquer l’importance qu’il a sur notre santé, notamment sur le transit et la santé intestinale.

 

 

NB: il y a beaucoup à dire sur ce nerf, je ne présente ici qu’une piste de réflexion

 

 

Qu’est-ce que le nerf vague ? En bref

Le nerf vague prend racine à l’arrière du crâne, passe par le tronc cérébral et descend jusqu’aux intestins en passant par les poumons, le cœur, le foie, l’estomac et la rate. C’est le plus long des 12 nerfs crânien. Vague signifie vagabond. Un terme bien choisi pour ce nerf qui parcourt le système digestif. Il est aussi connu sous le nom de nerf X.

 

Il assure de nombreuses fonctions involontaires de l’organisme : maintien de la fréquence cardiaque, contrôle de la digestion…

 

C’est le principal composant du système nerveux autonome parasympathique (gère les fonctions automatiques de l’organisme). Près de 80% des fibres vagales sont des fibres sensitives.

 

C’est à travers le nerf vague que le cerveau contrôle le fonctionnement de ces organes, qui, à leur tour, l’utilisent pour envoyer des messages au cerveau l’informant de leur état mécanique ou chimique. Cette connexion sert à contrôler la réponse anti-inflammatoire

 

 

Source: sympatico-vagal

 

Pourquoi ce nerf vague nous intéresse ?

Lorsque pense au système nerveux, on se pense généralement au cerveau et la moelle épinière. Mais ce n’est que le SN central. A cela s’ajoute le SN entérique (intestinal) indissociable du tube digestif. Ces deux systèmes nerveux se forment à partir du même tissu initial au cours du développement fœtal et sont reliés par l’intermédiaire du nerf vague.

 

Le nerf vague fait partie du système nerveux périphérique (ganglions et autres nerfs). Une stimulation du nerf vague entraine la production d’acétylcholine qui a des conséquences presque immédiates sur l’intestin, avec notamment une accélération du transit, une augmentation des sécrétions intestinales, mais aussi un ralentissement du rythme cardiaque.

 

 

C’est par ce nerf que notre cerveau et nos intestins communiquent.

 

 

Vous le savez, nos intestins regorgent de milliards de bactéries. La population bactérienne stimule directement les cellules le long du nerf vague et influe sur leur fonctionnent. Comme le font certains neurones, certains microbes de l’intestin peuvent libérer des messagers chimiques qui agissent sur le au cerveau par le biais du nerf vague.

 

Le nerf vague est responsable du péristaltisme intestinal, donc de la digestion et du transit. Si cette onde est irrégulière et de faible intensité, on peut observer un ralentissement du transit menant à une constipation.

 

La recherche s’intéresse beaucoup à ce nerf, car une stimulation de celui-ci pourrait contribuer aux traitements de la dépression, de stress post-traumatique et des maladies inflammatoires de l’intestin.

 

Ça commence vous aussi à vous intéresser ?

 

La communication cerveau/intestin

Notre ventre est doté de millions de neurones, connu sous le nom de système nerveux entérique (SNE), qui communiquent avec notre cerveau.

 

Cette communication se fait par le nerf vague via des neurotransmetteurs, mais elle est aussi endocrine (via des hormones), immunitaire, et humorale. Le système sympathique est également impliqué, et bien sûr, le microbiote. Ces systèmes ont pour but de préserver l’état d’homéostasies (d’équilibre) et de connecter les parties émotionnelles et cognitives du cerveau avec celles des fonctions digestives.

 

 

Les hormones et les peptides que le SNE relargue dans la circulation sanguine peuvent traverser la barrière encéphalique et agir de manière synergique avec le nerf vague dans la régulation de l’appétit.

 

Dans l’article sur le SII, j’ai parlé de la sérotonine. Ce neurotransmetteur responsable de la bonne humeur est sécrété à 90% dans nos intestins, et est envoyé, via le nerf vague à notre cerveau. Voilà pourquoi (entre autre) un microbiote en mauvaise santé induisant une baisse de la production de sérotonine, a une répercussion direct sur le mental. Déficit de sérotonie = sensation de mal-être.

 

De plus, la sérotonine joue un rôle dans le péristaltisme intestinal (mouvements intestinaux)

 

C’est un véritable nerf multifonctions!

 

 

Les fonctions du nerf vague

L’innervation par le nerf vague au niveau intestinal a les rôles suivants :

  • Relaxation de l’estomac pour le préparer à la réception de aliments
  • Fréquence des contractions de l’estomac
  • Sécrétion intestinales notamment gastriques
  • Contrôle le péristaltisme intestinal (= mouvements intestinaux)

Le nerf vague est également responsable de la régulation d’organes internes  et de leurs fonctions, telles que la digestion, la pulsion cardiaque, la fréquence respiratoire ainsi que certains réflex : toux, éternuement, l’avalement et le vomissement.

 

 

    Source: Sciences et avenir

 

 

Nerf vague & stress

Les bactéries logées dans notre ventre ont un impact sur notre humeur. En effet, elles sont capables de synthétiser des métabolites comme la sérotonine (vue plus haut) qui « remontent » au cerveau vie le nerf vague.

 

Le tonus vagal est corréler avec la capacité à réguler la réponse au stress et peut-être influencé par la respiration.

 

Notre capacité à gérer notre stress est augmentée par la pratique de la méditation et du yoga où la respiration profonde et lente va agir de façon positive sur le nerf vague, donc sur nos bactéries, et donc sur notre humeur. Et c‘est un fait: on respire mal.

 

 

Mais ce n’est pas tout.

 

Le nerf vague a également un impact dans l’activation et la régulation de l’axe hypotalamo-hypophysaire et glandes surrénales, qui coordonne les réponses adaptatives au stress.

 

Les médecins commencent à s’intéresser à ce nerf vague comme le gastro-entérologue Bruno Bonaz du CHU de Grenoble qui a testé la stimulation du nerf vague chez des patients atteints de la maladie de Crohn.

 

L’intérêt pour le vague n’est qu’à ses débuts, mais semble très prometteur.

 

 

 

Nerf vague et dysfonctionnement

Un nerf vague qui fonctionne mal, et c’est tout le système digestif qui est perturbé. Les mouvements de contractions des intestins sont inconscients (on ne les contrôlent pas) mais sont extrêmement importants.

 

Si le péristaltisme est ralenti, nous le voyons assez rapidement: nous devenons constipé. Près de 80 des fibres vagales sont des fibres sensitives. Voilà pourquoi en cas de distension abdominale on perçoit une douleur. Mais ce n’est que la partie visible du problème.

 

Les dysfonctionnements du nerf vague peuvent entrainer toute une série de problèmes plus profonds tels que l‘obésité, la bradycardie (ralentissement cardiaque), difficulté à la déglutition, pathologies gastro-intestinales, trouble de l‘humeur, déficience en vitamine B12, ou une inflammation chronique.

 

Le CMM (vous savez, l’agent de nettoyage de nos intestins), est notamment sous le contrôle de ce nerf. Si le coup de balai n’est pas mis régulièrement dans nos intestins, le SIBO (prolifération de bactéries dans l’intestin grêle) nous guette.

 

Le ralentissement du nerf vague engendrerait une perméabilité intestinale, responsable, au long terme d’une inflammation au niveau cérébral (cf article).

 

 

Avant d’en arriver là, écoutez les signes avant coureurs: ballonnements, mauvaise digestion, constipation

 

 

 

Comment stimuler et préserver son nerf vague?

Dans une société stressante et où l’on prend moins le temps de « ne rien faire », le nerf vague est mise à mal. Comme je vous l’expliquais plus haut, le nerf vague fait partie du système nerveux parasympathique. Cela veut dire qu’il ne se met en route que lorsque l’on est détendu.

 

Manger dans un environnement bruyant ou en étant stressé/pressé est vraiment une mauvaise idée.

 

Voici quelques gestes permettant de stimuler ce nerf:

  • Respirer profondément
  • Fredonner, chanter
  • Gargariser
  • Compresser le derrière des oreilles à l’aide de votre index
  • Rigoler
  • Le froid
  • L’activité physique
  • Sports doux: yoga, thai chi…
  • Avoir un régime alimentaire équilibré. Les chercheurs pensent que le régime alimentaire a son importance car une trop grande consommation de graisses et de sucres réduit la sensibilité du nerf.

 

 

 

Une grande majorité des patients qui me consultent sont ballonnés.

Une mauvaise digestion est souvent la première cause du problème! Donc si vous aussi vous souffrez de ballonnement récurrents, je vous invite à télécharger le guide 12 astuces pour améliorer sa digestion, où je parle du nerf vague et de toutes les autres techniques essentielles à connaitre.

 

 

Téléchargez votre guide GRATUIT
We respect your privacy.

 

 

 

Sources & Ressources

 

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Téléchargez maintenant votre guide GRATUIT
12 astuces pour améliorer votre digestion et être moins ballonné

0 Partages
Partagez
Partagez