Les bienfaits des oméga-3 sur le microbiote et la santé hormonale

Les oméga-3, tout comme les oméga-6, sont des graisses que le corps ne peut produire. Il faut donc obligatoirement en consommer via les aliments ou se supplémenter.

Il existe 3 types d’oméga-3 :

  • EPA : acide eicosapentaénoïque
  • DHA : acide docosahexaénoïque
  • ALA : acide alpha-linoléique

 

L’importance des oméga-3

Si les oméga-3 sont importants, c’est surtout l’équilibre oméga-6/oméga-3 (surtout acide arachidonique ; AA/EPA) qui est à avoir à l’oeil.

Ce ratio doit être de 5 selon ANSES et 2.5 voire 1 à 2/1 selon des études. Or, aujourd’hui ce ratio est plus autour de 20/1 (Simopoulos, 2016). Cela est un vrai problème car ce ratio conditionne l’intensité de la réponse inflammatoire  (Sears, 2018).

En France, selon le rapport de l’ANSES, 91% des femmes et 82% des hommes étaient déficitaires en EPA/DHA (consommaient mois de 500 mg/j) en 2015.

 

Santé digestive & oméga-3

En quantité adéquate, les oméga-3 influencent positivement le microbiote via la stimulation de la croissance de bactéries bénéfiques telle qu’Akkermansia muciniphila ou Faecalibacterium prausnitzii. A l’inverse, ils évitent la prolifération excessive de bactéries à caractères pathogènes (Yang et al., 2020). Ils favorisent une diversité optimale, signature d’une microbiote en santé (Yang et al., 2020).

De par leur action anti-inflammatoire (Durkin et al., 2021), les oméga-3 régulent le système immunitaire et diminuent la perception de la douleur, perception également diminuée via l’effet positive sur la santé mentale (Sanders et al., 2022)

L’excès d’oméga-6 par rapport aux oméga-3 EPA et DHA favorise Une alimentation riche en graisses (surtout les graisses trans et excès d’oméga-6 par rapports oméga-3 EPA et DHA) favorise l’hyperperméabilité intestinale, la dysbiose et augmente le taux de LPS, molécule pro-inflammatoire présente sur la membrane de certaines bactéries (Binienda et al., 2020; Usuda et al., 2021; Yang et al., 2020).

De nombreuses études vantent les bienfaits des oméga-3. On peut par exemple citer cette étude de 2020 qui a montré qu’une diminution du ratio AA/EPA chez des participants atteints de SII-D est bénéfique (Orlando et al., 2020).

 

 

Santé hormonale & oméga-3

La liste des bienfaits des oméga-3 sur la santé hormonale est longue, mais voici quelques points.

De manière général, les oméga-3 réduisent les dysménorrhées, c’est à dire les douleurs vécues pendant les menstruations.  Les dysménorrhées primaires (non liées à des anomalies de l’appareil reproducteur) semblent liées à la libération de prostaglandines provoquant des contractions fortes de l’utérus. En plus de provoquer des douleurs, les prostaglandines rendent l’utérus plus sensible à la douleur.

Les prostaglandines inflammatoires, sécrétées en fin de phase lutéale et les premiers jours des menstruations proviennent notamment de l’AA. Leur sécrétion est donc accentuée en cas de déséquilibre AA/EPA, augmentant ainsi les douleurs.

Les études montrent qu’une supplémentation en oméga-3 réduit la dysménorrhée (Demirturk et al., 2002; Deutch et al., 2000; Rahbar et al., 2012)

Dans le cadre de l’endométriose, le ratio AA/EPA est un facteur pertinent de la sévérité de la maladie (Khanaki et al., 2012). Des études montrent qu’une supplémentation en EPA/DHA diminue les douleurs et une étude chez le rat a même montré une régression des lésions endométriosiques (Akyol et al., 2016) !

De plus, les oméga-3 EPA/DHA ont un effet anti-angiogénique, c’est-à-dire qu’ils limitent la création d’un réseau vasculaire au niveau des lésions endométriosiques (Spencer et al., 2009)

Dans le cadre du SOPK, les oméga-3 vont aider en cas de résistance à l’insuline(Yang et al., 2018). qui touche 75% des femmes ayant un SOPK) (Moghetti & Tosi, 2021) . Ils vont aussi réguler le taux de testostérone augmenté dans ce syndrome  (Forouhi et al., 2015).

Les oméga-3 favorisent également la fertilité. Une étude de 2022 réalisée sur 900 femmes âgées de 30 à 44 ans a montré que les femmes prenant des compléments en oméga-3 ont plus de chances de concevoir que les femmes ne se supplémentant pas (Stanhiser et al., 2022).

 

 

Les bénéfices des oméga-3 pendant la grossesse et l’allaitement vont affecter directement le bébé en favorisant notamment un développement cérébral optimal  (Saldeen & Saldeen, 2004).

Pour finir, les oméga-3 pourraient prévenir la dépression post-partum, les troubles liés à la ménopause, l’ostéoporose et le cancer du sein (Saldeen & Saldeen, 2004).

 

Symptômes d’un déficit en oméga-3

Les symptômes d’un déficit en oméga-3 ne sont pas spécifiques. On peut noter :

  • Dépression, « coupe de mou », difficulté à se concentrer (Richardson, 2003)
  • Sécheresse cutanée et autres troubles des phanères
  • Inflammation (dysménorrhée, IBS, allergie, …)

 

Dosage des oméga-3

Il est possible de doser les oméga-3 érythrocytaires (= des cellules) via une prise de sang.  Cette analyse est un cartographie de la composition de nos cellules (qui sont majoritairement constituées de graisses). Elle reflètent nos apports alimentaires en graisses des 3 derniers mois. Ici pour en savoir plus.

 

Sources alimentaires

Contrairement aux oméga-6, les sources alimentaires d’oméga-3 sont plus restreintes.

On trouve EPA et DHA dans les poissons gras majoritairement.

Le jaune d’œuf issu de poules dont la nourriture a été enrichie en graine de lin sont plus riches en oméga-3 que les œufs “standards”, mais ne peuvent couvrir nos besoins. Pour vous donner une idée, 100 g de maquereaux en boite apportent 1.5 g de DHA et 1,25 g d’EPA. L’œuf coque lui apporte 0.051 g d’EPA pour 100 g (un œuf pèse ~60 g).

Les petits poissons (sardines, maquereaux, harengs) sont à favoriser par rapport aux gros poissons qui contiennent des polluants dont du mercure (Benvenga et al., 2022). Aussi l’OMS recommande de ne pas consommer +2x/mois du saumon.

L’ALA lui est présent dans les huiles vierges de chanvre, noix, lin, cameline, et en plus petite quantité dans l’huile de colza. Il faut en consommer 1 à 2 CS/j.

Il est essentiel d’apporter ces 3 types d’oméga-3. En cas d’alimentation végétale ou de non ou faible consommation de poissons gras (<100 g 2x/semaine), le recours aux compléments alimentaires est indispensable.

 

sardines riches en oméga-3

 

Bien choisir et prendre son complément

Si vous optez pour un complément à base d’huile de poisson, veillez à la qualité du produit.

L’indice TOTOX et le label EPAX sont garants d’une huile de poisson non polluée et de qualité. Vous en trouvez par exemple chez Novoma ou chez Ginette et Josiane.

Vous trouverez les oméga-3 sous format liquide ou en gélule. Le format liquide peut être fort pour certains malgré l’ajout d’arômes par les laboratoire.

Il existe également des huiles enrichies en EPA/DHA disponibles sur internet quelle que l’huile TocoProtect ou Norsan.

Pour une option végétale, vous trouverez des complément à base d’algues.

Les compléments en oméga-3 se prennent au repas et se conservent au frigo. La posologie hors analyse sanguine (analyse des acides gras érythrocytaires) est de 500 mg à 1 g/j.

 

complément oméga-3

 

 

Vous pensez être carencé.e en oméga-3 ? Discutons-en!


 

Références

Akyol, A., Şimşek, M., İlhan, R., Can, B., Baspinar, M., Akyol, H., Gül, H. F., Gürsu, F., Kavak, B., & Akın, M. (2016). Efficacies of vitamin D and omega-3 polyunsaturated fatty acids on experimental endometriosis. Taiwanese Journal of Obstetrics and Gynecology, 55(6), 835-839.

Benvenga, S., Fama, F., Perdichizzi, L. G., Antonelli, A., Brenta, G., Vermiglio, F., & Moleti, M. (2022). Fish and the thyroid: A janus bifrons relationship caused by pollutants and the omega-3 polyunsaturated fatty acids. Frontiers in Endocrinology, 13, 891233.

Binienda, A., Twardowska, A., Makaro, A., & Salaga, M. (2020). Dietary carbohydrates and lipids in the pathogenesis of leaky gut syndrome: An overview. International journal of molecular sciences, 21(21), 8368.

Demirturk, F., Gungor, T., Demirturk, F., Akbayrak, T., & Aker, E. M. (2002). Relief of primary dysmenorrhea by supplementation with omega-3 fatty acids. The Pain Clinic, 14(1), 81-84.

Deutch, B., Jørgensen, E. B., & Hansen, J. C. (2000). Menstrual discomfort in Danish women reduced by dietary supplements of omega-3 PUFA and B12 (fish oil or seal oil capsules). Nutrition Research, 20(5), 621-631.

Durkin, L. A., Childs, C. E., & Calder, P. C. (2021). Omega-3 polyunsaturated fatty acids and the intestinal epithelium—a review. Foods, 10(1), 199.

Forouhi, N., Shab-Bidar, S., & Djafarian, K. (2015). Effect of omega-3 fatty acids supplementation on testosterone levels in women with polycystic ovary syndrome: Meta-analysis of randomized controlled trials. Journal of Nutritional Sciences and Dietetics, 165-170.

Khanaki, K., Nouri, M., Ardekani, A. M., Ghassemzadeh, A., Shahnazi, V., Sadeghi, M. R., Darabi, M., Mehdizadeh, A., Dolatkhah, H., & Saremi, A. (2012). Evaluation of the relationship between endometriosis and omega-3 and omega-6 polyunsaturated fatty acids. Iranian Biomedical Journal, 16(1), 38.

Mansara, P. P., Deshpande, R. A., Vaidya, M. M., & Kaul-Ghanekar, R. (2015). Differential ratios of omega fatty acids (AA/EPA+ DHA) modulate growth, lipid peroxidation and expression of tumor regulatory MARBPs in breast cancer cell lines MCF7 and MDA-MB-231. PLoS One, 10(9), e0136542.

Moghetti, P., & Tosi, F. (2021). Insulin resistance and PCOS: chicken or egg? Journal of endocrinological investigation, 44(2), 233-244.

Nodler, J. L., DiVasta, A. D., Vitonis, A. F., Karevicius, S., Malsch, M., Sarda, V., Fadayomi, A., Harris, H. R., & Missmer, S. A. (2020). Supplementation with vitamin D or ω-3 fatty acids in adolescent girls and young women with endometriosis (SAGE): a double-blind, randomized, placebo-controlled trial. The American journal of clinical nutrition, 112(1), 229-236.

Orlando, A., Tutino, V., Notarnicola, M., Riezzo, G., Linsalata, M., Clemente, C., Prospero, L., Martulli, M., D’Attoma, B., & De Nunzio, V. (2020). Improved symptom profiles and minimal inflammation in IBS-D patients undergoing a long-term low-FODMAP diet: a lipidomic perspective. Nutrients, 12(6), 1652.

Rahbar, N., Asgharzadeh, N., & Ghorbani, R. (2012). Effect of omega-3 fatty acids on intensity of primary dysmenorrhea. International Journal of Gynecology & Obstetrics, 117(1), 45-47.

Richardson, A. J. (2003). The importance of omega-3 fatty acids for behaviour, cognition and mood. Scandinavian Journal of Nutrition, 47(2), 92-98.

Rupp, H., Wagner, D., Rupp, T., Schulte, L.-M., & Maisch, B. (2004). Risk Stratification by the » EPA+ DHA Level » and the » EPA/AA Ratio ». Herz, 29(7), 673.

Saldeen, P., & Saldeen, T. (2004). Women and omega-3 Fatty acids. Obstetrical & gynecological survey, 59(10), 722-730.

Sanders, A. E., Weatherspoon, E. D., Ehrmann, B. M., Soma, P. S., Shaikh, S. R., Preisser, J. S., Ohrbach, R., Fillingim, R. B., & Slade, G. D. (2022). Ratio of omega-6/omega-3 polyunsaturated fatty acids associated with somatic and depressive symptoms in people with painful temporomandibular disorder and irritable bowel syndrome. The journal of pain, 23(10), 1737-1748.

Sears, B. (2018). Omega-3 fatty acids and cardiovascular disease: Dose and AA/EPA ratio determine the therapeutic outcome. CellR4, 6(3), e2531.

Simopoulos, A. P. (2016). An increase in the omega-6/omega-3 fatty acid ratio increases the risk for obesity. Nutrients, 8(3), 128.

Spencer, L., Mann, C., Metcalfe, M., Webb, M. B., Pollard, C., Spencer, D., Berry, D., Steward, W., & Dennison, A. (2009). The effect of omega-3 FAs on tumour angiogenesis and their therapeutic potential. European journal of cancer, 45(12), 2077-2086.

Stanhiser, J., Jukic, A., McConnaughey, D., & Steiner, A. (2022). Omega-3 fatty acid supplementation and fecundability. Human reproduction, 37(5), 1037-1046.

Usuda, H., Okamoto, T., & Wada, K. (2021). Leaky gut: Effect of dietary fiber and fats on microbiome and intestinal barrier. International journal of molecular sciences, 22(14), 7613.

Yang, K., Zeng, L., Bao, T., & Ge, J. (2018). Effectiveness of omega-3 fatty acid for polycystic ovary syndrome: a systematic review and meta-analysis. Reproductive Biology and Endocrinology, 16, 1-13.

Yang, Q., Liang, Q., Balakrishnan, B., Belobrajdic, D. P., Feng, Q.-J., & Zhang, W. (2020). Role of dietary nutrients in the modulation of gut microbiota: a narrative review. Nutrients, 12(2), 381.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Téléchargez GRATUITEMENT l'extrait du guide sur le régime pauvre en FODMAPs
Et recevez chaque mois la Newsletter mensuelle
0 Partages
Partagez
Partagez