Les femmes enceintes végéta*iennes sont-elles plus à risque?

Cet article fait suite à mes articles sur les régimes végét*iens chez l’enfant.

Cet article est à visé informatif, et ne concerne pas les femmes présentant à risque de malabsorption due à une maladie de Crohn par exemple 

 

« Manger est une nécessité, mais manger intelligemment est un art. »

La Rochefoucauld

 

Choisir les bons aliments, c’est donner à son corps le meilleur des carburants pour qu’en échange, il nous donne de l’énergie, combat les pathogènes, et évite de développer des cellules cancéreuses.

 

Quand on est enceinte, manger sainement, en adéquation avec ses besoins est primordial. Il ne faut pas manger deux fois plus, mais deux fois mieux.

 

 

 

Qu’en disent les études

Selon les études, les nouveaux nés de mères végétariennes ont un poids de naissance comparable à ceux de mère non-végétariennes.

 

Concernant la vitamine D

Le déficit de cette vitamine est courant dans l’hémisphère nord. Il est recommandé pour toutes femmes enceintes et allaitantes d’être supplémentées à raison de 2000UI par jour, soit 50µg/jour pendant les mois hivernaux.

 

Acide folique

Comme toutes femmes enceintes, les supplémentations en folates s’appliquent également afin d’assurer le développement nerveux correct de l’enfant (une carence en acide folique étant associé à une spina bifida).

 

Les oméga-3

Il existe 3 types d’oméga-3 :

  • L’ALA (acide alpha linolénique)
  • Le DHA (acide docosahexaénoïque)
  • EPA (acide éicosapentaénoïque)

Les sources végétales d’oméga-3 sont de type ALA. Elles incluent les graines de lin et les oléagineux.

 

Les concentrations en DHA dans le sang ombilical, le sang du bébé né de mères végétariennes, et le lait maternel sont reportées bases, mais les conséquences restent inconnues. Sachant que ce type d’acide gras joue un rôle primordial dans le développement cérébral et celui des yeux, il est conseillé aux femmes enceintes et allaitantes ayant un régime végétalien, d’inclure dans leur alimentation des aliments riches en acide linolénique.

 

Cependant, le taux de conversion de l’ALA en DHA est souvent faible car il nécessite un parfait équilibre en de nombreux nutriments et d’enzymes.

 

Aussi, les femmes enceintes ne consommant pas de poissons, d’huile de poissons, ou très peu d’aliments riches en oméga-3, pourront être supplémentées en DHA. Après la naissance, si la femme choisit d’allaiter, une supplémentation pourra être donnée à l’enfant.

 

Dans la même idée, les acides gras trans, inhibiteurs de conversion de l’acide linolénique en DHA seront à limiter.

 

Ces recommandations sont aussi valables pour les femmes enceintes omnivores, dont le ratio oméga-6/oméga-3 est déséquilibré (ce qui est observé chez la majorité des français).

 

 

Le fer

Les besoins en fer doublent pendant la grossesse. Cependant, une supplémentation n’est pas nécessaire automatiquement. Seuls des biomarqueurs (coefficient de saturation de la transferrine ou récepteur soluble à la transferrine) peuvent indiquer une anémie. Dans le cas d’une anémie avérée, des suppléments seront prescrits.

 

Si les suppléments en fer n’ont pas d’effet, il est conseillé de doser les vitamines B6, B12 et B5 (entre autres).

En parallèle, les aliments riches en zinc devront être pris quotidiennement, car les suppléments en fer peuvent diminuer l’absorption du zinc, notamment s’ils sont pris pendant les repas (les suppléments sont plus efficaces pris 30min avant les repas mais sont beaucoup moins bien tolérés).

 

La prévalence d’anémie ne semble pas être plus accrue chez les femmes végétariennes.

Cela peut s’expliquer par le fait que de nombreux aliments inhibent l’absorption du fer, et que les végétariens s’intéressant à la nutrition savent combiner les végétaux riches en fer avec d’autre riches en vitamine C, ce qui permet d’augmenter l’absorption de ce minéral.

 

Vitamine B12

Chez un végétarien consommant des œufs et/ou des produits laitiers, le risque de présenter un déficit en B12 est faible. Chez la femme végétalienne, notamment si elle décide d’allaiter, une supplémentation en vitamine B12 sera proposée.

 

 

Calcium

Les besoins en calcium pendant la grossesse n’augmentent pas, puisque l’absorption intestinale est naturellement accrue (et oui, le corps est bien fait !). Les sources de calcium sont variées et ne sont pas limitées aux produits laitiers.

 

 

La concentration en calcium du lait maternel d’une mère végétalienne ne semble pas affectée, mais une supplémentation sera recommandée à la mère pour couvrir ses propres besoins si nécessaire.

 

 

Iode

Parce que la synthèse d’hormones thyroïdiennes augmente de 50% pendant la grossesse, les besoins en iode augmentent parallèlement (sachant qu’un déficit en iode est lié au crétinisme).

Les apports sont à surveiller, en particulier chez la femme ne consommant pas ou très peu de produits de la mer, ou vivant dans des régions dont le sol est déficient en iode. Pour les femmes végétaliennes consommant régulièrement des algues, les apports en iode ne sont pas inquiétants.

 

Conclusion

Au final, on peut en conclure qu’un régime végétarien bien mené n’est pas à risque pour le développement du fœtus. Que la mère soit omnivore ou végétarienne, les risques de déficits restent les mêmes. On constate même que les femmes enceintes végéta*iennes ont des apports plus importants en nutriments nécessaires au bon développement de l’enfant. En consommant plus de végétaux, et donc plus de fibres, les bactéries ont davantage de « fuel » pour produire des substances telle que la vitamine K.

 

Les futures mères végétaliennes demanderont une attention particulière. Des supplémentations en B12, vitamine D, calcium, DHA et fer pourront être nécessaires selon leurs états nutritionnels.

 

L’alimentation et l’environnement dans lequel vit la femme enceinte peuvent avoir un impact sur l’expression épigénétique de l’enfant. Aussi, il est fortement conseillé aux femmes attendant un bébé de consulter une diététicienne.

 

 

Sources :

 

 

 

 

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Téléchargez GRATUITEMENT l'extrait du guide sur le régime pauvre en FODMAPs
Et recevez chaque mois la Newsletter mensuelle

0 Partages
Partagez
Partagez