Sugarland, résumé & avis

Sugarland (= That sugar film) est en quelque sorte, petit le petit frère de Super size me.

 

Date de sortie : 2018

Topic :

Pendant 60 jours, l’australien Damon Gameau va consommer 40 cuillères à café de sucres libres (soit 160g de sucre par jours, la moyenne de consommation des australiens). Ces sucres sont le fructose et le saccharose.

Le fructose est le sucre que l’on retrouve naturellement dans les fruits. Aujourd’hui, le fructose est rajouté dans les produits industriels car il a un pouvoir sucrant plus élevé que le glucose. Les fruits d’aujourd’hui contiennent davantage de fructose car ils ont été sélectionnés pour ravir les papilles des consommateurs…mais pas de notre foie ! L’excès de fructose est l’une des principale cause de l’excès de graisse viscérale et de l’augmentation des triglycérides, et donc, des maladies cardiovasculaires (c’est schématique mais c’est ce qui se passe en gros).

Son but est d’évaluer l’impact de la consommation de sucre sur notre corps. A noter que les glaces, le chocolat, les sodas ou les bonbons ne sont pas pris en compte dans l’expérience.

C’est donc un régime perçu comme sain, composé parfois de produits allégés, de smoothies, de barres chocolatées… qui va être évalué. Ce régime alimentaire est suivit par la majorité des australiens, mais est aussi similaire à celui de nombreux français.

Damien Gameau est suivi par 3 professionnels de santé durant la durée de l’expérience. Pendant ces 2 mois, Damien Gameau va à la rencontre de scientifiques, d’anciens aborigènes et se rend aux Etats Unis.

 

Résultats :

Un bilan médical a été réalisé au début de l’expérience. Son bilan santé était plus que correct. Au bout de deux semaines, alors que l’expérience vient de commencer, ses cellules du foie commencent à mourir.

A la fin des 60 jours, Damien Gameau a pris 8,5kg principalement au niveau du ventre puisque son tour de taille est passé de 84 à 94cm soit une augmentation de 10cm.

Sa masse graisseuse a augmenté de 7%. Ses triglycérides (molécules lipidiques synthétisées par le foie en réponse à des excès de fructose et de graisses) ont augmenté (de 0.8 à 1.5g/L) et il se trouve désormais dans la moyenne haute à risque.

L’ALAT (enzyme illustrant la santé du foie) a également augmenté de façon significative.

 

 

Ces résultats montrent que Damien Gameau est désormais à risque de développer du diabète, un foie gras et des maladies cardiovasculaires.

 

Il est important de noter que ses apports caloriques sont restés identiques: 2300kcal/jour en moyenne.

 

Au niveau comportemental, il a des sauts d’humeur, une moins belles peau avec des boutons, et éprouve plus de difficultés à faire du sport ou se concentrer.

Après deux semaines de « sevrage » assez difficile : perturbation de son sommeil, humeur « grognon »… Damien Gameau redevient, en quelque sort, lui-même.

 

Remarques :

Il est important de souligner que Damien Gameau suit un régime type paléo en temps normal. Sa consommation de glucides est faible, à l’instar des graisses et des protéines qui sont très présents dans son alimentation.

Au niveau de la production, le film à un coté parfois un peu décalé, qui se termine en chanson loufoque.

Ce documentaire reste donc à visée diversifiant, mais cela le rends accessible à tous. Il a pour objectifs de nous faire prendre conscience que l’on consomme beaucoup de sucre sans s’en rendre vraiment compte, et que cela est facilité par les lobbies.

 

 

Pourquoi je vous invite à voir ce documentaire

Tout d’abord il vulgarise des termes scientifiques qui peuvent être compliqués, sans trop avoir une approche réductionniste.

Je constate beaucoup en consultation que les personnes ont peur de consommer du gras. Par exemple quand je conseille à mes patients de rajouter de l’huile de colza dans son assiette, je constate que très peu d’entre eux le font ensuite. Pourquoi ? Car pour eux (et surement comme pour vous), le gras fait grossir. Encore la faute aux lobbies qui nous ont fait croire que le gras est le démon et qu’il est l’unique responsable des maladies cardiovasculaire. En réalité, l’excès de sucre a une grosse part de responsabilité…

J’ai bien aimé le fait que ses bilans sanguins sont des images prises à un moment t. Son bilan sanguin en fin d’expérience était plutôt alarmant. Mais, au bout de quelques semaines, son corps s’est réadapté, et revenu » à la normale ». Cela montre qu’il n’est jamais trop tard pour changer ses habitudes alimentaires !

Le fait que les quantités de sucres soient toujours traduites en termes de cuillères à café ou de cubes, est plus parlant pour la plupart d’entre nous, ce qui rend le documentaire compréhensible par tous.

 

Moments marquants :

Pour n’en cité que deux. Mes moments 2 moments marquants sont:

  • Quand Damien Gameau nous montre que boire un jus de pommes est facile, contrairement à manger 4 pommes. Or la quantité de sucre est identique.
  • Quand il prend son premier petit déjeuner composé d’1 yaourt + 1 bol de céréales + 1 verre de jus de fruits, soit le petit déjeuner que l’on recommandait encore il y a quelques année, et qu’il se rend compte qu’il est déjà à 20 cc de sucre !

 

Ce que j’aurai bien aimé :

  • Que les interventions des scientifiques soient un peu plus longues
  • Que l’on puisse voir de quoi sont composés ses repas journaliers en détails

 

Pour aller plus loin :

L’OMS recommande de ramener l’apport en sucres libres à moins de 10 % de l’apport énergétique total. Elle propose d’aller plus loin et de ramener l’apport en sucres libres à moins de 5 % de l’apport énergétique total soit 25g soit 6cc par jour.

Attention cependant à ne pas avoir une approche trop réductrice: tous les sucres ne se valent pas, et la consommation varie selon les individus en fonction de divers paramètres.

 

 

 

 

Téléchargez votre guide GRATUIT
We respect your privacy.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Téléchargez maintenant votre guide GRATUIT
12 astuces pour améliorer votre digestion et être moins ballonné

0 Partages
Partagez
Partagez