Que faire en cas « d’échec » du régime?

Après plusieurs semaines de casse-tête de régime pauvre en FODMAPs vos symptômes sont toujours présents?

Un certain nombre d’éléments peuvent expliquer « l’échec » du régime FODMAP.

Voici quelques éléments de réponse.

 

Je ne porte aucun jugement dans cet article, je suis consciente que suivre le régime pauvre en FODMAPs est difficile. De même que les informations ci-dessous ne sont là qu’à titre informatif et ne remplace pas l’avis d’un professionnel.

 

#1 Vous avez consommé malencontreusement des aliments contenants des teneurs en FODMAPs trop élevés

Vous trouverez des dizaines de listes dédiées au régime FODMAP sur le web. Or, avoir les bonnes informations pour débuter et « réussir » son régime est indispensable. Aidez-vous de l’application de la Monash University ou de Fodmapedia.

 

#2 Certains aliments, même pauvres en FODMAPs induisent des symptômes

Selon mon expérience, certains aliments, même autorisés dans les phases 1 et 2 du régime, sont généralement peu tolérés.

 

#3 Vous n’avez pas adopté de bonnes habitudes en amont

Avant de se lancer dans un régime aussi restrictif que le régime pauvre en FODMAP, il est essentiel d’adopter de bonnes habitudes. Bien mastiquer, éviter d’avaler de l’air en parlant la bouche pleine, prendre les repas dans le calme, sans écrans et doucement, respecter les combinaisons alimentaires et ne pas surcharger son assiette en font partie.

En fonction de votre mode vie, les habitudes à adopter seront différentes et plus ou moins difficile à mettre en place. Pourtant, il faut commencer par là.

 

#4 Vous n’avez pas « réparé » votre muqueuse intestinale

Otez les aliments contenant des FODMAPs de son alimentation c’est bien, mais si rien de change entre temps, les bénéfices ne seront peut-être pas à la hauteur de vos attentes.

C’est souvent ce que j’observe avec les patients qui me consultent et qui sont sous IPP (inhibiteur de pompes à proton). Les IPPs sont prescrits en cas de reflux/brulures d’estomac. Or, la prise chronique augmente le risque de dysbiose, et notamment de développer un SIBO. Il est absolument indispensable de vous « sevrez » de ces médicaments. Seuls un professionnel de santé pourra vous accompagner dans la démarche.

 

#5 Vous présentez des déficits nutritionnels

Certaines vitamines, minéraux ou acide-aminé comme la vitamine D, le zinc, la L-glutamine ou même les oméga-3, sont indispensables à la bonne intégrité de la muqueuse intestinale. En cas de déficit, la santé de vos intestins restera faible.

 

#6 Vous n’arrivez toujours pas à gérer votre stress

Non le stress à lui seul ne cause pas le SII, mais il est un facteur déclencheur et/ou aggravant. Suivre le régime FODMAP en ne faisant rien pour gérer son stress, c’est comme vouloir vider l’eau dans une maison mais réparer la fuite: c’est vain.

 

#7 Vous manquez de sommeil

Le sommeil est bien souvent mise à rude épreuve entre le travail, les enfants ou la dernière série Netflix. Avoir un sommeil suffisant et réparateur est l’un des piliers pour gérer le SII.

 

#8 Vous ne préparez pas correctement vos aliments

De nombreuses personne sous-estime l’importance de bien préparer les aliments, ou ne savent tout simplement pas comment faire! L’un des exemple les plus fréquent est la mauvaise utilisation des graines de chia. Autorisée jusqu’à 24g, elles doivent être trempées au minimum 2 voire 4h. L’idéal est de les faire tremper toute une nuit.

Toutes les pseudo céréales, les céréales et même la majorité des oléagineux sont à faire tremper au préalable.

 

#9 Vous avez une pathologie associée

Si vous êtes toujours constipé malgré le fait que vous avez « bien » suivi le régime et que vous avez de bonnes habitudes (gestion du stress, activité physique etc. l’hypothèses d’une hypothyroïdie ou d’une insuffisance biliaire doivent être vérifiées.

Si vous vous êtes auto-diagnostiqué comme ayant le SII, je vous conseille vivement de consulter. De nombreux pathologies « plus graves » peuvent s’exprimer par des troubles digestifs. Pour avoir la liste des signes d’alertes, cliquez ici.

 

#10 Vous avez un SIBO ou un SIFO

Vous pouvez également avoir un SIBO ou SIFO. Le traitement sera différent et plus agressif.

L’alimentation est très importante dans la gestion du syndrome de l’intestin irritable mais ce n’est qu’un des éléments. Le SII étant multifactoriel, il faut agir du plusieurs facteurs.

De plus, la Monash University reconnait que le régime pauvre en FODMAP est bénéfique pour 1 personne sur 4.

 

Alors que faire?

Premièrement je vous invite à consulter. Un professionnel de santé spécialisé pourra mettre en avant des « erreurs » que vous avez pu commettre.

Ensuite, d’autres pistes pourront être à envisager.

Le régime FODMAP fonctionne en cas d’intolérances à ces sucres. Il n’est pas valable pour les allergies, les hypersensibilités ou intolérances à d’autres molécules comme:

  • Le gluten
  • Les produits laitiers à base de lait de vache (et de types A1 beta-caséine)
  • Les salicylates
  • Les additifs/colorants alimentaires
  • La teneur en histamine des aliments
  • Le glutamate
  • Le soja
  • Le maïs
  • Les cacahuètes

 

J’espère que cet article vous a proposé des pistes de réflexion.

Spécialisée dans les troubles digestifs, je peux vous aider à identifier les éléments pouvant expliquer « l’échec » du régime. Vous pouvez prendre RDV en m’envoyant un mail à juliettenutrition@gmail.com ou en prenant directement RDV.

 

*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Téléchargez maintenant votre guide GRATUIT
12 astuces pour améliorer votre digestion et être moins ballonné
0 Partages
Partagez
Partagez